Les années 60

Pionnier du prêt-à-porter de luxe, Monsieur Rech fonde sa maison en 1962 et invente une nouvelle élégance féminine aux nuances masculines. Les collections George Rech offrent à la femme une allure déterminée et inspirante, ses manteaux et tailleurs structurés deviennent sa signature.

Les années 70

1970 : Alors que la mode ne cesse d’adopter de nouveaux codes, Monsieur Rech fait du confort le luxe ultime. Dans ses mains, le sportswear devient raffiné, les tissus des classes ouvrières s’apparentent au bon-goût et le denim incarne la nouvelle femme Rech.

1973 : La maison ouvre ses portes à une nouvelle ligne : Synonyme de George Rech. Dans ce même esprit de confort qui anime la décennie, Synonyme de George Rech complète la garde-robe par des pièces basiques mais indispensables. La sweatshirt dress devient l’icône de ce style épuré.

Les années 80

1980 : Dans l’air du temps, fidèle à cette mode créative mais réaliste, la femme Rech s’impose et se distingue. Loin des extravagances éphémères de l’époque, le style Rech se veut résolument indépendant à l’image de celles qui l’adoptent. Tout au long des années 80, les campagnes « Femmes de Rech » marquent leur époque en mettant en scène ces femmes à l’allure sophistiquée et au caractère singulier.

1986 : George Rech est choisie par Air France pour dessiner ses uniformes. Alors que les collections de la maison habillent déjà les femmes sur plusieurs continents, elles défilent à présent en apesanteur, portées par les hôtesses de l’air de la compagnie aérienne la plus élégante du monde.

1989 : Après plus d’un quart de siècle à la tête de la maison, Monsieur Rech décide de vendre ses parts au groupe Courtaulds et transmet les clefs de son atelier à Danielle Jagot. Ayant débuté comme mannequin cabine, la jeune femme a fait toute sa carrière chez George Rech. Aux commandes du bureau de style, elle contribue à l’ascension de cette maison qui connaît bientôt son apogée.

Les années 90

Cette nouvelle décennie se veut exaltante pour la maison. A travers ses campagnes So French, So Rech qui résonnent comme un hymne à la sensualité, la maison George Rech dévoile un univers où règne cette élégance française, pleine d’audace et d’assurance. Une délicatesse faite de force et de poésie que l’on retrouve dans l’autre campagne phare des années 90. Cette fois, Yasmin Lebon et Linda Evangelista posent aux côtés des initiales G.R et des vers de Proust et de Baudelaire pour révéler une face inédite de la femme Rech : sa fragilité.

Les années 2000

2000 : Le style Rech se renouvelle avec une insolence maîtrisée. Dans les campagnes des années 2000, les femmes G.R se présentent dans des mises en scène pittoresques, accompagnées d’un bestiaire qui interpelle.

2005 : Patrick et Dominique Hazan, à la tête du groupe Apostrophe, rachètent la société George Rech. Avec pour ambition de faire renaître la belle endormie, ils se plongent dans l’univers de la maison, apprivoisent la femme Rech et poursuivent la quête de l’habillement chic et confortable.

Les années 2010

Apostrophe et George Rech fusionnent et offrent à la femme une garde-robe nuancée et complète dans laquelle elle trouve une tenue pour chaque instant de vie. Sous l’objectif de grands noms de la photographie tels que Greg Kadel et Terry Richardson, les campagnes illustrent la sensualité et la volonté de cette femme Rech prête à relever les défis que le nouveau millénaire lui présente. Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre, elle aime conjuguer ses intemporels avec les pièces inédites des collections capsules notamment celle de Christine Phung.

Aujourd’hui : Forte de la renommée et du savoir-faire de ses deux maisons mères, George Rech poursuit aujourd’hui son développement à l’international. Première marque étrangère importée au Corte Inglés, référence de l’élégance à la française en Corée et au Japon, présente dans plus de 100 Corners dans le monde, George Rech ne cesse de construire son histoire et perpétue avec finesse l’héritage des précurseurs du prêt-à-porter dont elle est le fruit. Une maison faite d’audace, de modernité et d’aspiration marquée par l’immuable envie de faire rayonner les femmes.