La maison Rech

“ Donner une nouvelle impulsion à la haute-couture,
offrir à la femme une autre façon de s’habiller.. ”

Georges Rech

C’est au début des années 1960 que George Rech parie sur une idée pleine d’audace et d’intuition : celle de créer un prêt-à-porter de luxe.

Pour ces femmes du Café de Flore qu’il admire, George Rech imagine des collections aux codes singuliers et aux allures innovantes. Des silhouettes équilibrées et élégantes qui suivent les femmes où qu’elles aillent, quoi qu’elles fassent. Des femmes RECH que l’on remarque, qui intriguent et impressionnent.

Au cœur de son atelier parisien, Monsieur Rech provoque à chaque saison une nouvelle alchimie du style et du savoir-faire. Il transforme le jean pour le rendre sophistiqué, fait du smoking l’apparat féminin par excellence et offre ses lettres de noblesse au sportswear en suivant sa ligne de conduite : rompre avec le classicisme, perpétuer l’intemporalité et sublimer la femme.

Acteur de l’élégance à la française, George Rech incarne le non-conformisme de bon goût. Ses campagnes marquent les esprits par un esthétisme qui interpelle, ses collections s’apparentent aux tempéraments qui osent et entreprennent, son identité devient plurielle sans s’éloigner de ses valeurs d’origine : la singularité de George Rech apparaît comme une évidence et dépasse les frontières de l’Hexagone.

Une boutique est ouverte à New-York en 1978 et les corners se multiplient du Japon à l’Espagne, de la Russie à la Corée. En 1986, les hôtesses d’Air France volent en George Rech et la maison décolle vers une décennie d’anthologie. Monsieur Rech laisse sa place à Danielle Jagot qui fera des années 90, l’âge d’or de George Rech.

En 2005, George Rech célèbre son alliance avec Apostrophe. Deux maisons aux valeurs communes et aux influences complémentaires. Deux maisons qui forment la garde-robe d’une féminité multiple et moderne.

La maison Rech

“ Donner une nouvelle impulsion à la haute-couture,
offrir à la femme une autre façon de s’habiller.. ”

Georges Rech

C’est au début des années 1960 que George Rech parie sur une idée pleine d’audace et d’intuition : celle de créer un prêt-à-porter de luxe.

Pour ces femmes du Café de Flore qu’il admire, George Rech imagine des collections aux codes singuliers et aux allures innovantes. Des silhouettes équilibrées et élégantes qui suivent les femmes où qu’elles aillent, quoi qu’elles fassent. Des femmes RECH que l’on remarque, qui intriguent et impressionnent.

Au cœur de son atelier parisien, Monsieur Rech provoque à chaque saison une nouvelle alchimie du style et du savoir-faire. Il transforme le jean pour le rendre sophistiqué, fait du smoking l’apparat féminin par excellence et offre ses lettres de noblesse au sportswear en suivant sa ligne de conduite : rompre avec le classicisme, perpétuer l’intemporalité et sublimer la femme.

Acteur de l’élégance à la française, George Rech incarne le non-conformisme de bon goût. Ses campagnes marquent les esprits par un esthétisme qui interpelle, ses collections s’apparentent aux tempéraments qui osent et entreprennent, son identité devient plurielle sans s’éloigner de ses valeurs d’origine : la singularité de George Rech apparaît comme une évidence et dépasse les frontières de l’Hexagone.

Une boutique est ouverte à New-York en 1978 et les corners se multiplient du Japon à l’Espagne, de la Russie à la Corée. En 1986, les hôtesses d’Air France volent en George Rech et la maison décolle vers une décennie d’anthologie. Monsieur Rech laisse sa place à Danielle Jagot qui fera des années 90, l’âge d’or de George Rech.

En 2005, George Rech célèbre son alliance avec Apostrophe. Deux maisons aux valeurs communes et aux influences complémentaires. Deux maisons qui forment la garde-robe d’une féminité multiple et moderne.